Dossier : Le Free to Play est-il l’avenir du jeu vidéo ?

lAvant de débuter, il est essentiel d’exprimer ce qu’est le free to play. Le « free to play » (communément abrégé en F2P pour les intimes, huhuhu)  désigne une catégorie de jeux vidéo gratuits (à télécharger), jouables en ligne ou non. Souvent, si le principe de gratuité est appliqué, des achats optionnels sont possibles pour disposer de niveaux payants supplémentaires ou d’un équipement plus avantageux par exemple. Les F2P ne sont pas simplement gratuits, ils s’avèrent aussi de bien meilleure qualité que la plupart des « jeux flashs » que l’on a connu sur internet depuis de nombreuses années maintenant et cela grâce aux gains que génèrent les éventuels achats des joueurs. Par la suite, les entreprises et les studios disposent alors de moyens importants pour réaliser leurs titres. Ce type de jeu est à la base né des jeux avec abonnements proposés en Corée du sud, cela a alors évolué ensuite puis a réussi à conquérir le monde comme nous allons le voir et cela pourrait bien être  l’avenir du jeu vidéo !

Pourquoi un tel succès ?

Ils sont partout, sur les smartphones, ordinateurs mais aussi dorénavant les consoles, les jeux « free to play » nous envahissent. Le concept de gratuité séduit en effet nombre de joueurs voulant disposer de jeux de bonne qualité sans débourser le moindre centime (même si, free to play ne rime pas toujours avec qualité). En général ces F2P sont des jeu  en ligne et de ce fait, ils réunissent de nombreux joueurs. Autre argument à leur succès ; ils sont parfois plus addictifs que des jeux traditionnels. Ils englobent alors un large choix de jeux, du FPS en ligne en passant par les jeux de plate-forme. Aujourd’hui, le poids de ce type de jeu est tel que le marché cherche à s’étendre : il suffit de regarder les campagnes publicitaires de  célèbres licences comme « Forge of Empire », « World of Tank » ou même « Candy Crush Saga » sur nos écrans. Ajoutons qu’avec l’apparition du smartphone, les F2P ont su s’imposer dans les poches de millions d’usagers, de plus en plus sensibles aux offres/jeux disponibles, aussi bien sur le Play Store, Windows Store ou l’App Store. Même les sites de casino en ligne en s’y mettent, en proposant de jouer gratuitement en simulant des parties avant de se lancer dans la pari et le risque sur la base du free to play. Il est possible de s’entraîner sans avoir à jouer son argent… cette méthode est judicieuse car elle permet de basculer dans le jeu en ligne en douceur, en ayant, au préalable, pris des repères et de l’expérience.  On peut donc y jouer gratuitement, mais avec la possibilité de payer ensuite si on veut aller plus ou loin, ou profiter plus du jeu. Et, avouons-le, qui n’a pas eu entre ses mains, dans un moment d’ennui intense, un de ces jeux (même si parfois, on a honte de l’avouer…) ?

leagueoflegends

League of Legends, l’exemple par excellence du succès des “Free to Play”

Un concept voué à un brillant avenir…

Les jeux  free to play présentent donc beaucoup d’avantages pour les utilisateurs donc, mais aussi pour les développeurs. D’ailleurs, beaucoup de voix s’élèvent contre ce système qui, selon elles, devraient plutôt être qualifiées de « pay to win » – comprenez le fait qu’il faut payer pour gagner. Car si ces jeux sont sensés être gratuits, et ce en dépit des coûts importants de développement, ils s’avèrent souvent coriaces dans leur progression, et, sans recours aux achats proposés, les possibilités pour avancer peuvent devenir complexes. Il faut comprendre que ce qui motive les entreprises à se convertir dans les F2P c’est que ce système marche plutôt bien et qu’il pourrait même voler la vedette aux jeux « classiques », à acheter sous forme matérielle ou à télécharger moyennant achat. C’est pourquoi certaines licences qui, initialement, étaient vouées à n’être que des jeux vidéo vendus ont revu leur stratégie pour se convertir ; on peut citer dans ce cas Star Wars à travers son volet « The Old Republic » qui rapportera à Electronic Arts, son éditeur et ô combien géant du jeu vidéo, 139 millions de dollars. On note que seulement 6 mois après la sortie du jeu, ce dernier est devenu free to play. EA qui, fort de ses réussites, tend à prendre part à ce marché grâce aux licences à succès comme Need for Speed avec « Need for Speed World » ou bien encore Battlefield avec « Battlefield Heroes » ou « Battlefield Play4free ». L’avenir de l’entreprise semble de plus en plus être au free to play, même si bien évidemment, les jeux plus traditionnels sont encore majoritaires.

Le F2P qui rafle la mise est peu connu en occident : il s’agit de « Cross Fire » édité par Tencent et SmileGate, Sud-Coréen, ce jeu est très populaire en Asie et comptabiliserait plus de 400 millions d’inscrits selon PC Impact. Ses éditeurs auraient touchés plus de 957 millions de dollars en 2013. Ce jeu serait le free to play le plus lucratif d’après un classement publié par SuperData (voir le classement ci-dessous).

ClassementFreeToPlay

Classement des 10 Free-To-Play rapportant le plus d’argent en 2013 selon Superdata.

Le très réputé League of Legends, édité par Tencent et Riot Games, pointe lui à la seconde place, toujours selon le rapport de SuperData. Il aurait rapporté 624 millions de dollars. Plus de 27 millions de joueurs joueraient chaque jour à LOL selon Millenium et on voit d’ailleurs que le jeu ne cesse de prendre de l’ampleur sur la scène eSport. Finalement, la “gratuité” rapporte ! Et elle rapporte même très gros (on comprend pourquoi le free to play aurait de l’avenir).

Le free to play est donc bel et bien un concept incontournable qui arrive à allier une gratuité (théorique en fait) intéressante pour les joueurs désireux de jouer à bas coût tout en ne rognant pas trop sur la qualité. Les sources de revenus (pub, boutique, possibilité d’acheter des éléments du jeu…) permettent aussi de dégager des moyens conséquents et tout le monde peut donc y trouver son compte. Et si certains F2P se révèlent, pour être jouables, trop onéreux, il est toutefois important de comprendre que le concept est véritablement à décliner au futur… le tout étant de trouver un juste milieu entre le bas coût et un jeu agréable.

Vous aimerez aussi...

3 Comments

  1. 2

    Pour répondre à la question, je pense très honnêtement que oui ! Je joue moi-même sur de nombreux sites de jeux en ligne gratuits comme Prizee, également à LoL, et les joueurs ont ainsi le choix d’ouvrir leur portefeuille ou pas.

  2. 3

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>