Proteus : Un jeu ? Une expérience ? Ou juste la liberté ? (PS3/Vita)

On est parfois amené à découvrir des jeux étranges, mais du coup c’est ce qui fait qu’on est attiré… C’est bien connu, tous les jeux qui sortent de l’ordinaire sont souvent mes favoris. Dans tous les cas, nous allons parler d’un jeu indépendant faisant parti de cette catégorie, Proteus, développé par Ed Key et David Kanaga. Le jeu vient tout juste de sortir sur le PlayStation Store et est disponible sur PS Vita et PlayStation 3. Pour cette version, le studio Curve a aidé au portage du jeu sur les deux consoles puisque le jeu est déjà sorti sur PC il y a plusieurs mois.

Lorsque vous lancez le jeu, vous débarquez dans un monde particulier. Vous avancez, vous ne voyez pas grand chose au départ. C’est mystérieux mais beau. Effectivement, le paysage est en 3D (enfin c’est de la 2D avec un effet très étrange) mais fait de milliers de pixels. Tout s’anime, c’est appréciable. On est clairement transporté. C’est un voyage, il faut le dire. Je ne l’ai pas précisé juste avant, mais ce qui fait l’originalité de Proteus c’est… qu’il n’y a rien à faire. Oui, vous lisez bien. Il n’y a aucun but. C’est étrange, mais en même temps c’est un peu aussi signe de liberté. Vous marchez, vous appréciez, vous faites ce que vous voulez. Aucune limite, sauf votre temps à consacrer au jeu. Vous ne pouvez rien faire d’autre qu’avancer, le gameplay est inexistant ou presque. Vous pouvez dans le meilleur des cas prendre des photos des plus beaux paysages, mais ce sera tout. Après, je sais que pour certains joueurs, cela rebute.

ScreenshotProteus_Vita_PS3

Les saisons s’enchaînent et ne se ressemblent pas.

“On s’évade, c’est génial.”

Bien évidemment, il faut creuser plus loin pour comprendre la subtilité de cela. Parce qu’en fait, c’est un tout, l’ambiance sonore est effectivement de la partie. Pour avoir joué avec un casque, je dois avouer que dans ce cas là ça prend tout son sens. On entend des bruits dès qu’on s’approche de fleurs, de créatures et autres choses de la nature. Il y a indirectement une interaction, même si on ne peut pourtant rien faire. Il y a eu un véritable travail effectué sur cette bande-son, c’est clairement le plus gros point fort du jeu. Pour des petites sessions où on s’évade, c’est génial. On pense à autre chose, c’est tout à fait ce que je recherche dans le jeu vidéo. Ce que je veux, c’est m’amuser mais aussi parfois réussir à ressentir des émotions. Ces choses particulières, qui nous font frissonner. C’est rare. La dernière fois que cela m’est arrivé comme là, c’était dans Dear Esther, un jeu un peu comparable sur certains aspects (il n’y a pas de but non plus par exemple, mais il y a un scénario contrairement à Proteus), que j’avais énormément apprécié.

Le jeu n’est clairement pas fait pour que l’on y joue sur de longues durées. Au bout d’une heure, vous commencez à vous ennuyez et vous avez globalement fait le tour de la carte. En parlant de cette dernière, il faut savoir qu’elle est générée aléatoirement et qu’elle est donc différente à chaque fois que vous relancez une partie. Au moins, ça change, ça permet de ne pas toujours visiter la même chose. Chaque “voyage” est différent. Ainsi, on découvre de nouvelles choses à chaque fois.

“C’est un vrai bonheur pour les yeux et les oreilles.”

Screenshot Proteus

Un exemple de paysage sublime dans Proteus.

Il y a des cycles nuits/jours et des saisons, avec à chaque fois des changements. C’est un vrai bonheur pour les yeux et les oreilles. Je ne pensais pas que je pourrais être captivé pendant plusieurs minutes par un simple jeu comme celui-ci. Je dois avouer que si on se plonge dans le monde de Proteus, ce n’est que du positif. Malheureusement, si vous savez pertinemment que ce ne sera pas votre type de jeu, cela ne sert à rien de tenter l’expérience.

Petit point positif, le jeu ne fait même pas 100MO. Par conséquent c’est très rapide à télécharger et à installer. Je précise aussi qu’il y a quelques trophées à récolter, mais c’est étrange, on ne comprend pas les objectifs. Il faut donc attendre qu’ils se débloquent seuls…

“Proteus est une expérience, pas seulement un jeu.”

Proteus est une expérience, pas seulement un jeu. D’ailleurs on peut se questionner en se demandant ce qu’est un jeu maintenant, car ici, on ne joue pas vraiment. C’est innovant, ça change et c’est appréciable. On se détend quelques minutes chaque jour et c’est vraiment ce que j’ai aimé. Puis bien évidemment, comment ne pas parler de la bande-son… cette claque ! On a l’impression d’y être, transporté. Malheureusement, le jeu ne plaira pas à tout le monde, c’est une certitude. Après, il faut se le dire, il est selon moi proposé à un prix trop élevé (12€), c’est le genre de jeu que je voudrais voir à maximum 8€. On notera quand même le point positif du cross-buy, c’est à dire que le jeu est jouable sur PS3 et Vita, peu importe la version que vous avez achetée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>