Twitter, toi petit oiseau bleu qui me bouffe mon temps.

Cela fait plusieurs mois que je n’avais pas rédigé un billet que je pourrais qualifier “d’humeur”. Pourtant, c’est en rédigeant ces derniers que je prends le plus de plaisir à alimenter ce blog. J’avais alors envie de vous exprimer de manière très large, la façon dont Twitter, ce fameux réseau social à l’oiseau bleu est devenu présent dans mon quotidien, me bouffant du temps chaque jour. Beaucoup de temps. Beaucoup trop de temps.

Si je vais sur Twitter, ce n’est pas pour suivre Justin Bieber ou les One Direction comme le font toutes les ados fraîchement débarquées sur le réseau social, je suis donc désolé de vous avouer que je n’oeuvre pas à la mise en place des hashtags comme “#BonneAnnéeNabilla” en top tweets (“TT” pour les intimes). Non non, je n’y vais pas non plus pour parler avec mes amis, car pour moi, ce n’est pas directement fait pour, j’y vais avant tout à but informatif. Twitter est un système de micro-blogging, permettant de faire passer des informations de manière très rapide, d’un bout à l’autre de la planète. Je dois vous avouer que c’est ce que je préfère. Mon but principal est de partager des informations ou bien mes articles, mais aussi, et voir même surtout d’être informé. Ainsi, je suis plutôt admiratif d’un compte comme @LesNews, qui avec toute une équipe, arrive à retranscrire en direct 24h/24 et 7j/7 l’actualité en 140 caractères. Cependant, cela pose un problème, celui de la certification de l’information (pas toujours vérifiée) mais aussi peut être un manque d’analyse. De ce fait, on est submergé d’informations, nous n’avons même pas le temps d’analyser une info que nous découvrons, qu’une autre prend le dessus. C’est parfois un peu compliqué et loin d’être la meilleure des choses, cependant, c’est selon moi malgré tout, très efficace.  Après, il y a le partage avec d’autres aussi. On ne dirait pas, mais on prend rapidement ses habitudes sur Twitter, on a nos twittos favoris, chacun avec ses tweets propre à lui, avec parfois sa lourdeur, son humour. Bien souvent, contrairement à un réseau social comme Facebook, c’est en plus avec des personnes que vous ne connaissez pas forcément que vous êtes amené à discuter. C’est plus sympa, en même temps plus mystérieux.

Mais au final, quand je m’exprime, je ne fais pas que tweeter mes articles. Non, je parle de tout et de rien. Rarement, voir jamais de ma vie privée tout de même vous remarquerez. J’estime que ça n’a pas forcément sa place sur Twitter et je ne suis déjà pas du tout un adepte de Facebook à titre personnel, alors ce n’est pas pour aller publier toutes ces infos sur mon compte “Gronemo”. Après plus de 45000 tweets, je dois avouer que parfois, je dois tweeter de la merde. Il faut dire ce qu’il en est. J’en ai “live-tweeté” des émissions TV. J’ai parfois honte, mais finalement, je trouve ça drôle. Parfois, je fais aussi des blagues moisies. Je partage ce que je reçois (car j’ai horreur des articles d’arrivages en fait… Je faisais ça il y a plus de 4 ans sur mon premier blog, mais je ne vois plus l’intérêt). On ne dirait pas mais ça me prends un temps fou. Puis je ne compte pas non plus toutes mes interactions (mentions, RT) ! C’est vrai que ça fait beaucoup… Du coup, j’y passe du temps. Partout, sur tous mes appareils. J’ai presque du mal à expliquer pourquoi je recharge en boucle mon flux Twitter. Finalement, ça ne m’apporte pas grand chose. Cependant, faut que je jette toujours un oeil sur ce flux de tweets. C’est une véritable addiction. C’est étrange. Après, je suis pas dans le délire de qui à la plus grosse pour la course aux followers, mais forcément, quand quelqu’un s’abonne à ton compte, t’es content.

Finalement, je passe mon temps sur Twitter. Le matin en me levant je jette un premier coup d’oeil, quand j’allume mon ordi, idem. Au fil de ma journée ? Toutes les heures. Je ne parle pas non plus des notifications des interactions, qui font vibrer ma tablette et mon téléphone et qui me ramènent à nouveau sur le réseau social. Bref, à un moment, je devrais certainement dire stop. Ou du moins ralentir, mais pour le moment je ne veux pas. Après plusieurs années, je serais presque devenu accro en fait. Enfin, je ne dis pas que je ne migrerai pas vers un nouveau réseau social qui verra peut être le jour en 2014, qui sait ? Twitter à tendance à me décevoir aujourd’hui, du fait de l’invasion de certains dessus, qui malgré le fait que l’on suive les personnes que l’on souhaite et pas forcément ces derniers, ce qu’ils postent arrive dans votre TL ou est visible et ça devient insupportable.

J’allais oublié, si vous voulez me suivre, moi c’est : @gronemocom. Pour 2014, j’aimerai que Twitter me bouffe moins de temps.

Vous aimerez aussi...

3 Comments

  1. 1

    Un peu le même constat pour ma part, Twitter me prend aussi pas mal de temps. Malgré le fait que je me trouve moins actif qu’il y a quelques mois, j’ai toujours un petit réflexe de vérifier mes mentions de temps en temps. Par contre pour éviter d’y retourner fréquemment, j’ai supprimé toutes les alertes indiquant une mention sur mes appareils. Cependant avec l’acquisition de mon (tout premier) smartphone, je pensais voir mon addiction twitounienne grimper en flèche et au contraire elle s’est largement calmé. C’est peut être le fait d’avoir la possibilité d’y aller maintenant quand bon me semble qui fait que je ne ressent pas le besoin de checker toutes les 5 minutes ma TL ^^.

  2. 2
  3. 3

    J’ai eu ma période où je twittais comme un fou, mais je ne sais pas du tout pourquoi, je n’y vais plus beaucoup maintenant et je dois avouer que ça me manque. Tous les twittos auxquels je parlaient souvent me manque !

    PS : Merci pour @LesNews, je ne connaissais même pas et c’est vraiment le top.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>