Critique : “Carnet de routes” de Marie Lopez (EnjoyPhoenix)

Il y a pas mal de mois maintenant, j’avais lu #EnjoyMarie, le premier livre d’EnjoyPhoenix. Après avoir publié une critique qui est devenue l’article le plus consulté de tout le blog, je ne pouvais pas m’arrêter là… Dès que j’ai appris qu’elle allait sortir un second livre : Carnet de Routes, je l’ai pré-commandé. Pour être honnête, j’ai espéré très fort me retrouver face à un bon livre afin de ne pas me faire insulter dans les commentaires comme pour son premier bouquin (et je vais passer sur les menaces par mail également, il n’y avait plus aucune limite !). D’ailleurs, j’avais juste donné mon avis de la manière la plus sincère possible, mais ça, les petites fans ne l’avaient pas compris.

carnetderoutesenjoyphoneix

Quoi qu’il en soit, Marie Lopez alias EnjoyPhoenix est de retour avec un nouveau livre un peu particulier. En effet, pour la première fois la YouTubeuse s’est lancée dans l’écriture… d’un roman. Terminé les conseils et autres comme dans son premier livre et place à une fiction. Nommé “Carnet de routes“, ce roman raconte l’histoire de cinq  individus qui vont se croiser et voir leurs destins se lier… Plutôt que faire du blabla, je vous propose de lire le résumé du roman :

Une étudiante en architecture, une youtubeuse, un jeune homme trop tranquille nommé Marco, un moniteur d’auto-école et un professeur d’université… Cinq personnages aux destins dissemblables vont former un groupe hétéroclite et fantasque à la faveur du permis de conduire. Tandis que trois générations se mêlent et s’apprivoisent, une camaraderie surprenante grandit entre les candidats ; chacun va se livrer aux autres bien plus qu’il ne l’aurait imaginé. Le passé, les doutes, les regrets, les espérances s’invitent dans l’habitacle de la voiture à doubles commandes. 

Leurs différences les poussent à reconsidérer leurs choix et les horizons qu’ils s’étaient fixés. Et le danger de ressortir de l’expérience juste un peu plus perdu qu’avant est bien réel… Mais voici que surgit l’extraordinaire et que s’offre à eux un chemin bien éloigné des codes et des panneaux de signalisation. – Via Amazon

Pour être honnête… Rien qu’au résumé, on ne comprend pas grand chose. C’est d’ailleurs le sentiment que j’ai eu au début du livre (sur les 50 premières pages). C’est vraiment pas évident de tout saisir et de comprendre ce qui se passe car en réalité, Marie amène les personnages de son livre dès le début et d’une manière un peu trop brutale à mon sens. Si on s’accroche pas, on laisse le livre de côté en fait.

Pour faire simple, l’histoire se passe donc autour de l’obtention du permis de conduire. C’est dans cette ambiance que cinq personnages vont faire connaissance et que tout va démarrer. Sur le papier, le roman se veut plutôt destiné à un public plus âgé que son premier livre, néanmoins j’ai trouvé que dès le départ on est rattrapé par des choses parfois futiles, presque enfantines. Il faut alors beaucoup de temps pour s’attacher aux personnages, néanmoins ça permet aussi de se rendre compte que Marie a essayé de travailler une certaine psychologie pour chaque individu dans son livre.

L’intrigue n’est sur le papier pas la plus pertinente et intéressante au monde, c’est clair. Tout est un peu saccadé et ça ne s’enchaine pas vraiment comme il le faudrait. Ceci dit, chaque personnage arrive à tirer son épingle du jeu. On ne peut pas non plus faire abstraction du fait que la YouTubeuse présente dans ce livre (que je vous laisserai découvrir) n’est ni plus ni moins qu’EnjoyPhoenix elle même… Dans ses mots, dans sa description des sentiments qu’elle ressent, j’ai eu l’impression que Marie Lopez s’est confiée sur ce qu’elle ressentait, son histoire. Ça peut paraitre étrange mais dans ce livre, elle se livre indirectement plus que dans #EnjoyMarie, c’est dire. J’ai trouvé ça d’ailleurs intéressant de se cacher et de se dévoiler derrière un personnage de son roman.

Sur la rédaction même, un pas de géant a été fait et j’encourage réellement Marie Lopez à écrire un autre livre car il y a vraiment du bon. Cependant, trop c’est trop, l’écriture ne fait presque pas naturelle. C’est travaillé sauf que ça l’est beaucoup trop et ça devient lourd à la lecture, pénible. Le tout est emmené par une histoire originale pour le coup mais il faut vraiment attendre la deuxième partie du livre pour enchainer les pages avec une fluidité qui fait plaisir à voir. Seulement, si on ne s’accroche pas au début on laisse tomber et c’est bien dommage, car il faut aller jusqu’au milieu du livre afin de se rendre compte que Carnet de routes est bien plus intelligent qu’on ne pourrait le penser.

“Marie Lopez a bien progressé et on est loin de son premier livre”

Il est évident que ce n’est pas le livre de l’année. Néanmoins, Marie Lopez a bien progressé et on est loin de son premier livre (qui était tout de même devenu un best-seller). Ici, on est face à un livre qui peut se révéler peut-être un peu fouillis alors qu’en réalité il a, à mon sens, été plutôt bien réfléchi. Idem en ce qui concerne la rédaction, EnjoyPhoenix a fait un réel effort pour essayer de trouver certaines tournures de phrases ou figures de style. Cependant, à vouloir trop en faire… On se casse la gueule. C’est le cas ici. Parfois, à vouloir faire des phrases pour faire des phrases, ça ne veut plus dire grand chose et on décroche totalement. On notera tout de même un livre agréable à lire dans l’ensemble, avec un histoire sympathique et des personnages attachants. Je trouve ça finalement plutôt encourageant et surtout surprenant car il y a eu clairement un fossé entre son premier livre et celui-ci. J’en suis persuadé : le prochain sera le bon.

Vous aimerez aussi...

1 comment

  1. 1

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>