3 mois avec Shadow, le PC dématérialisé du futur.

Et si la prochaine révolution dans les technologies était celle d’un ordinateur totalement dématérialisé dans le cloud ? C’est en tout cas la promesse de Shadow : un ordinateur puissant, accessible partout grâce à une simple connexion internet, pour pouvoir faire tourner tout ce que vous souhaitez sans souci. Après 3 mois d’utilisation, la promesse est-elle respectée ? Cet article ne sera pas un test mais simplement mon ressenti sur ce qui est probablement l’un des services dans lequel je crois le plus pour les années à venir.

Shadow : le PC du futur ?

La promesse de Shadow est simple : vous proposer un accès à un ordinateur surpuissant, à un prix de 30€/mois (ou un peu plus selon la formule d’abonnement), depuis un smartphone, une tablette ou bien un ordinateur classique. En clair, votre machine de compétition est physiquement dans un data center et l’image de l’écran est renvoyée. Une fois en plein écran, vous êtes sur un ordinateur qui n’est pas là physiquement avec vous mais vous appartient bien.

La configuration de votre ordinateur Shadow.

On ne va pas se mentir, pour le moment Shadow vise surtout les gamers. On sait qu’un PC de Gamer ça coûte une petite fortune et que de temps en temps il est essentiel de changer des pièces pour rester dans la course. Le deal est simple ici : vous payez votre abonnement et Shadow s’occupe du reste. Une pièce tombe en panne ? Aucun souci, ils la changent sans que ça ne vous coûte rien. Une nouvelle carte graphique sort et apporte un gain important ? Shadow change toutes celles de ses clients pour offrir les meilleures performances. Sur le papier, c’est assez dingue comme promesse.

L’abonnement est plus économique que l’achat d’un PC gamer avec les mêmes composants

Pour ma part, j’hésitais à m’acheter un PC pour jouer et je suivais en parallèle de cela le projet Shadow, en me disant que j’allais tester cette solution vant, qui est il faut le dire, plus économique. Il y a trois mois, à l’ouverture du service pour le grand public, j’ai donc passé commande. Après quelques jours, j’ai reçu un mail m’indiquant que ma machine était activée.

Capture d’écran du client Shadow sur Mac OS.

Qui dit lancement dit forcément quelques imprévus et surtout une surcharge totale du support. Cependant, j’ai trouvé qu’on leur a jeté des pierres trop rapidement. En quelques semaines, tout s’est plutôt bien structuré au niveau du support et de l’équipe technique avec toujours, une communication permanente et des mises à jour régulière. Alors oui, j’ai eu 1 ou 2 bugs où j’ai dû redémarrer ma machine mais j’ai eu de la chance (et je touche du bois ! 🌲) de ne jamais rencontrer de problème et d’avoir une excellente stabilité avec le service. L’expérience a pu alors être optimale pour moi mais je sais que ce n’était pas le cas de tout le monde (loin de là), même si tout semble être rentré dans l’ordre aujourd’hui. Au début, c’était en tout cas bien plus compliqué.

Vous installez tout ce que vous voulez, comme sur un ordinateur Windows classique

Ce qui m’a bluffé quand j’ai allumé mon Shadow, c’est qu’on est vraiment sur un ordinateur qui vous est personnel : vous devez procéder aux étapes d’installation de Windows comme quand vous venez d’acheter un ordinateur, vous devez mettre à jour vos drivers, etc. C’est bien votre ordinateur mais dans le cloud. Cette première note positive a été également appuyée par la fluidité et la réponse en temps réel que j’ai trouvé assez dingue. En effet, il ne faut pas oublier que votre Shadow est dans des serveurs à plusieurs centaines de kilomètres de vous. Ainsi, il y a de forts risques d’avoir du lag sur le papier et dans ce cas on perd tout l’intérêt de ce service si la réponse du serveur est perceptible. Imaginez, vous bougez votre souris et l’action ne se fait pas en temps réel à cause du lag ? L’horreur. Rassurez-vous, c’est assez incroyable de ce côté, ça ne se ressent pas une seconde ! Après, j’ai la chance d’avoir la fibre et de pouvoir profiter ainsi d’une excellente fluidité. Cependant, j’ai déjà également testé Shadow sur des connexions à 10mb/s et ça fonctionnait plutôt très bien malgré quelques lags parfois mais qui permettaient cependant quand même de très bien profiter du service (sans avoir une image en HD évidemment car vous verrez apparaitre des artefacts).

Quelques bugs mais une expérience globalement très satisfaisante

De mon côté, je n’ai qu’un Mac et donc jouer sur ce dernier est forcément compliqué. Cependant, avec Shadow, c’est possible et c’est un énorme plus. Je branche un clavier, une souris (voir une manette) et hop : vous basculez sur Windows sur votre PC de jeu (et c’est mieux encore si vous avez un écran externe). Pour ma part, j’ai joué à PUBG par exemple et une fois en jeu, vous ne faites clairement aucune différence avec un ordinateur que vous auriez en local. C’est assez troublant et je trouve que pour le coup ils ont vraiment très bien bossé de ce côté là. Je note juste un problème (qui devrait être réglé très bientôt) au niveau du stockage. Il y a des soucis avec des disques durs qui sont très lents, ce qui fait par exemple que parfois je suis resté de très longues minutes (et oui, ça se comptait bien en minutes…) sur des écrans de chargement de certains jeux. Quand c’est un jeu non multi, ça va, d’autant que ça se produit souvent qu’une seule fois et après plus du tout si vous ne redémarrez pas votre ordinateur… mais quand vous lancez une partie de PUBG c’est plus compliqué. Tout le monde a déjà spawné et vous arrivez alors sur le jeu après un trèèèèès long chargement et il ne reste plus que 60 ou 50 joueurs (et encore, si vous n’avez pas été tué par un autre joueur). Dans ce cas, c’est compliqué. Cependant, il semblerait qu’ils y travaillent et à l’heure où je rédige ces quelques lignes c’est peut-être même déjà corrigé.

Speedtest effectué depuis le Shadow… 😱

Après, tout n’est pas parfait et il faut le savoir quand on s’abonne. Ce n’est que le début de ces PC dans le cloud et forcément, cela à ses limites. Ceci dit, je trouve que c’est déjà complètement dingue : tout tourne sans souci. Si vous rencontrez un problème, vous devez vous en tenir au support et ça peut alors être un peu long. Malgré leur réactivité dorénavant, c’est quand même eux qui physiquement peuvent accéder à votre machine en cas de problème et donc potentiellement, ça peut prendre plus de temps. De plus, vous ne pouvez pas encore par exemple brancher un disque dur ou un lecteur CD externe en USB (voir un dual screen…). Ce n’est pour l’heure, pas reconnu (sur le client Windows l’équipe y travaille je crois mais pour l’heure sur Mac OS… ça ne semble pas possible). Ne pas pouvoir utiliser ces périphériques, c’est un peu problématique. Notamment pour ceux qui veulent steamer depuis la machine : donc pas de microphone ni de webcam, forcément c’est compliqué. Par contre, si vous souhaitez faire du stream, la machine est idéale car vous profitez d’une excellente connexion : celle du datacenter. Les débits sont assez dingues comme vous pouvez le voir sur le screen ci-dessus et donc forcément, c’est un vrai plaisir et notamment pour télécharger ses jeux. Après, ça pose un autre problème le téléchargement : le stockage limité. Vous ne disposez à 256GO pour le moment et ça va très vite… C’est dommage quand on voit le poids notamment des jeux. Pas d’option payante encore pour le moment pour ajouter du stockage, mais ça devrait arrive.

Dans l’utilisation globale et quotidienne de Shadow, je n’ai pas rencontré de problème. Certains jeux cependant peuvent avoir quelques bugs, comme Overwatch qui va jusqu’à avoir des écrans noirs (à cause de l’anti-cheat de Blizzard apparement), ce qui rend le jeu impossible. Cependant, ce qui est bien c’est qu’on trouve toujours des petits correctifs pour chaque problème (notamment sur le Discord) et l’équipe intègre très souvent des correctifs dans ses mises à jour et le tout en quelques semaines. C’est plutôt positif quand on sait qu’il faut déployer ça sur : Android, le client Mac OS, le client Windows et le boitier. Car en effet, je n’en ai pas parlé mais si vous ne voulez pas utiliser un client logiciel sur votre machine actuelle pour jouer, Shadow propose un boitier. Il suffit de le brancher à internet et à un écran (puis d’y ajouter des périphériques comme une souris et un clavier) et il vous permettra d’accéder à votre ordinateur dans le cloud, sans machine !

“L’équipe fait un travail incroyable et le produit s’améliore chaque jour”

Shadow est puissant. Shadow est bluffant. Shadow est une révolution (et je pèse mes mots). Certains diront que ce n’est pas tout à fait au point, qu’il y a encore quelques imperfections. Oui, c’est vrai. Dire l’inverse, ce serait mentir mais très honnêtement, l’équipe fait un travail incroyable et le produit s’améliore chaque jour un peu plus. J’y crois fortement et je pense que dans quelques années, la place de Shadow dans l’écosystème sera très importante. À titre personnel, je comptais m’acheter un PC Gamer. Cependant, cette idée est totalement sortie de ma tête et une chose est certaine : ce ne sera pas le cas. Je crois en la technologie et je pense sincèrement que cela plaira à de nombreux autres personnes avec la démocratisation des connexions avec un débit toujours plus important. Par contre en effet, je n’ai pas rencontré le moindre gros problème là où de nombreux autres personnes n’ont pas pu avoir cette chance.

Vous aimerez aussi...

4 Comments

  1. 1
  2. 2

    Du tout, j’indique quand c’est sponso de mon côté 😉

    Mais plus sérieusement, je suis très emballé par le projet. Alors oui, tout n’est pas parfait pour le moment et il faut en avoir conscience. Cependant, je pense vraiment que ça va évoluer positivement. En 3 mois il y a eu des progrès incroyables déjà. Simplement : cette solution n’est pas faite pour tout le monde.

  3. 3
  4. 4

    Je trouve que « Shadow » est une alternative vraiment intéressante. Avec un abonnement de 30 euros par mois, on a la possibilité d’utiliser un ordinateur très puissant. Du coup, ce n’est plus la peine d’acheter un PC Gaming.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>