Test : Taiko no Tatsujin – Drum ‘n’ Fun (Nintendo Switch)

Taiko No Tatsujin ne vous dit peut-être rien et pourtant, il s’agit de l’un des jeux musicaux les plus populaires au Japon. Le titre est jouable dans de nombreuses salles d’arcade du pays mais également sur les consoles. Cependant, ce jeu n’a jamais connu une sortie officielle en occident. Pour ma part, j’ai eu la chance lors de mon voyage au Japon de ramener le jeu sur PlayStation 4 avec le tambour, de quoi pouvoir bien m’entrainer. Néanmoins depuis quelques semaines est disponible au Japon la version Nintendo Switch du jeu ! La console étant region-free, on peut donc y jouer en Europe si jamais vous décidez d’importer le jeu. Après avoir passé de nombreuses heures sur le titre (un peu trop peut-être…), je vous propose mon test ! La version européenne du titre sortira en novembre 2018 en France.

Pour ma part, c’est donc à la version japonaise que je joue depuis sa sortie. Ce que je peux vous dire, c’est que même sans parler japonais, vous devriez vous en sortir : les menus sont simples et après avoir fait le tour une ou deux fois, vous ne vous perdrez plus. Le jeu est fidèle aux autres opus de la licence sur tous les points. Néanmoins, il y a une petite nouveauté sur cette version Nintendo Switch : on a la possibilité d’utiliser les Joy-Con comme des baguettes.

Plusieurs façons de jouer au jeu

En effet, pour jouer à Taiko No Tastujin en temps normal, il faut posséder un tambour dédié au jeu. Pour ma part, je l’ai déjà en version PS4 mais après avoir tenté de le brancher sur Switch, il se trouve que celui-ci n’est pas universel et n’était donc pas reconnu. J’ai donc dû me rabattre sur le jeu avec trois modes : celui où il suffit d’appuyer sur les boutons en rythme (idéal pour les transports en commun par exemple 😉), celui où le tambour apparait sur l’écran et où vous jouez avec l’écran tactile  en tapant sur le tambour à l’image mais également l’autre mode où on utilise les Joy-Con comme des baguettes. Pour se faire, il faut taper en face de soi pour simuler le fait que vous touchez le centre du tambour et pour les côtés, il faut incliner légèrement les manettes et faire un mouvement qui part sur le côté. Seul problème de cette dernière façon de jouer : parfois c’est mal reconnu et vous perdez alors votre combo… Bien dommage pour un jeu de rythme tout de même. La meilleure option reste donc de jouer avec le tambour, même si avec les boutons de la console cela reste toujours intéressant.

Et il y a même la chanson de Vaiana… en japonais !

La playlist fait la force de ce Taiko no Tatsujin

Ce qui fait la force du titre, au delà de son concept de jeu musical qui n’a pas vraiment évolué depuis ses débuts, c’est justement sa playlist. Encore une fois, on retrouve des titres variés avec de la J-Pop, des musiques de plusieurs animés, des chansons de jeux vidéo,… Bref, un large panel. Évidemment, cette version comprend quasi uniquement des titres japonais et cela se comprend, le jeu est destiné au marché nippon. On retrouve tout de même pas moins de 74 chansons (si on les débloque toutes, ce qui fait beaucoup pour un titre sur console) et il y a également 15 autres titres disponibles en téléchargement via des DLC. Mention spéciale aux musiques de Splatoon, Pokémon ou bien encore Mario Odyssey du côté des jeux vidéo, pour ce qui est des animés on retrouve une chanson de Dragon Ball Z ou bien encore celle de Vaiana. Pour les fans de Your Name, vous aurez également le droit à la chanson Zenzenzense.

Le concept du jeu est simple et c’est ce qui a fait le succès du titre. En effet, vous devez taper sur un tambour (virtuel ou non du coup sur cette version) au centre ou sur les côtés. De temps en temps, il faut “taper” avec une seule baguette, parfois avec deux en même temps. Le tout doit être fait en rythme avec la musique et en même temps que les instructions qui s’affichent à l’écran. Plus vous enchainez les coups sans erreur et plus vous cumulerez de points, avec des combos notamment. Le but est alors de faire le meilleur score possible. À noter que dans le mode “classique”, vous pourrez également jouer en multi si vous possédez plusieurs paires de Joy-Con. De ce que j’ai compris, il est également possible de jouer en local avec plusieurs consoles mais vous vous en douterez, difficile pour moi de tester alors que le jeu n’est pas officiellement sorti en Europe…

Cependant, ce n’est pas tout. Il y a également un mode en ligne jouable sur Nintendo Switch vous permettant d’affronter d’autres joueurs (attention les niveaux sont parfois très élevés en face…) mais également un mode “mini-jeu” (qui contient 20 niveaux différents). En clair, vous pourrez affronter vos amis en local sur des petits jeux de rythme, un peu à la Mario Party, même si très franchement et malgré quand même quelques petits jeux différents, on fait toujours la même chose : appuyer en rythme pour gagner. Néanmoins à plusieurs, ce mode est très fun et c’est un vrai plus je trouve !

Un exemple des mini-jeux de ce Taiko no Tatsujin.

En bref : une très belle version de Taiko no Tastujin !

Vous l’aurez compris : ce Taiko no Tatsujin sur Nintendo Switch est une belle version portable (et salon) mais qui ne révolutionne pas le genre non plus. Disons que je suis très heureux de pouvoir emmener le jeu avec moi sans pour autant y trouver un vrai intérêt par rapport au précédent opus sur PlayStation 4 que je possède également (et qui en plus lui, est traduit en anglais). Je pense néanmoins que ce titre qui est en réalité très rageant et qui vous fera lancer et relancer de nombreuses chansons pour battre votre score mérite d’être plus connu en occident. C’est donc avec hâte que j’attends la version européenne avec pourquoi pas des chansons plus internationales ? Bref, oui c’est un bon jeu et must-have à avoir sur Switch mais j’aurais aimé quelques nouveautés supplémentaires et notamment côté gameplay.

Pour information en Europe, le jeu aura finalement bien le droit à sa sortie physique avec le tambour contrairement aux premières rumeurs que nous avions pu entendre. Pas de panique par conséquent, vous n’aurez pas besoin de passer par la case import !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>